Devenir rédacteur freelance en 2020

En termes de rédaction, deux écoles s’opposent. Il y a ceux qui pensent que l’écriture est en fin de vie, complétement délaissée des internautes au profit du snack content 🍬 (un groupe que j’appellerai sobrement et objectivement « Ceux Qui Ont Encore Beaucoup De Choses à Apprendre »). De l’autre côté, il y a ceux qui pensent qu’au contraire, la rédaction est au cœur de toute stratégie marketing qui se respecte. Bill Gates fait partie de ce groupe. BILL GATES. As-tu réellement besoin d’un autre argument ?

Oui, je vous entends Ceux Qui Ont Encore Beaucoup De Choses à Apprendre : c’était en 1996. Il déclarait alors « le contenu est Roi » devant une foule de rédacteurs en délire. Depuis, vingt-quatre longues années se sont écoulé et non sans peine. Comme le monde entier, la France a notamment essuyé une crise sanitaire et économique hors norme. À cause de cette dernière, les cartes sont rebattues pour de nombreux métiers.

Tu viens d’être diplômé ou tu cherches à te reconvertir professionnellement et tu penses devenir rédacteur freelance en 2020 ✍🏼 Excellent choix, c’est un super métier ! Mais faisons un petit état des lieux de la situation avant de te lancer.

La réforme (négative) de l’ACRE

Commençons par le commencement. Si tu souhaites devenir rédacteur freelance, tu vas devoir créer ta micro-entreprise (le statut le plus courant pour de la rédaction web). Ce régime est ultra-simplifié. Tu as sûrement quelqu’un dans ton entourage qui travaille déjà en freelance et qui t’a dit « la micro-entreprise ? Un DÉ-LI-CE ! Tu n’as aucun frais à la création et des charges minimes ! ». Malheureusement, en 2020, tout n’est plus aussi rose.

Certes, ces assertions sont toujours vraies. Cependant, quand ta grande tante a débuté son activité de freelance, elle a sûrement pu bénéficier de l’ACRE (Aide à la Création et à la Reprise d’Entreprise). Autrement dit : c’était beaucoup plus simple pour elle de débuter grâce à des taux d’exonération ultra-avantageux. En 2020, la donne change ! Et pour une fois, ce n’est pas à cause de la Covid-19 (eh oui, bien obligée de se plier aux décisions de l’Académie française en tant que rédactrice !). Revenons à nos moutons : en 2020, exit les taux crousti-fondants accordés sans conditions sur 3 ans 💸 Aujourd’hui, les petits nouveaux doivent remplir certains critères pour espérer bénéficier d’une exonération de 50% sur leurs cotisations et ce durant 1 an seulement. Mais comme on le dit dans la langue de Molière, « c’est mieux que rien ». Mais bon, c’est aussi pire qu’avant.

Voici donc mon premier conseil : ne buvez pas (forcément) les paroles de vos aînés freelance et renseignez-vous bien sur les différentes réglementations qui s’actualisent plus vite que leur ombre.

La liberté teintée de précarité

Être rédacteur freelance, c’est avoir le luxe de pouvoir choisir tes clients, tes horaires, tes tarifs, ton lieu de travail… En bref, de tout choisir à ta convenance. Même d’être en slip toute la journée. Le rêve, non ? Mais la réalité est loin d’être aussi idyllique. Car ces avantages n’existent que si tu as du travail. Or, en freelance tu peux rapidement devenir la cinquième roue du carrosse. Un de tes clients réguliers a un petit coup de mou ? Hop ! Te voilà remercié par SMS sans aucun remord 👋 Même ton ex ne te traitait pas comme ça.

Je force volontairement le trait, mais cet aspect n’est pas à négliger, surtout si tu es de nature anxieuse. En effet, la pandémie et le confinement qui en a résulté ont mis le pays entier à l’arrêt. Qui sait ce qu’il adviendra par la suite ? En tout cas, ce statut est encore très peu protégé et le salariat a de sérieux atouts à mettre en avant en cette période troublée.

Cela étant dit, différentes études montrent que le bilan du freelancing durant la crise est loin d’être aussi catastrophique que l’on pourrait le penser. Selon le sondage de Crème de la crème, 64% des freelances auraient vu leur principale mission maintenue durant la crise. Cette dernière a été mise en pause pour 17% d’entre eux et complètement annulée pour « seulement » 19% des interrogés. Cependant les répercussions de cette crise peuvent encore émerger dans plusieurs mois voire années.

Mon second conseil : sois sûr de toi, cette aventure est exaltante mais sans certitude.  

Le freelancing reboosté

N’oubliez jamais qu’une même pièce comporte deux faces ! Si la Covid-19 n’a pas arrangé les affaires des freelances, cette dernière les a cependant poussés sous le feu des projecteurs ✨ En effet, un statut précaire ce n’est pas vraiment intéressant pour soi-même. Mais quand on est un employeur, il a une toute autre saveur ! Hmmm vous sentez ce doux fumet ? Celui du non-engagement ? Eh oui ! Monsieur Dupont-de-la-vieille-école n’avait jamais songé à embaucher un freelance auparavant ! Avec la crise, il se rend compte que le télétravail, ce n’est pas si épouvantable que ça. Une certaine confiance s’installe. L’équation est simple : confiance dans le télétravail + méfiance dans l’avenir = embauche de freelances à gogo 🤪 Grâce à ses défauts, ce statut devrait donc avoir le vent en poupe.

Mon conseil numéro trois : il n’y aura jamais de moment parfait pour te lancer, arrête d’écouter les autres et fais ce qui te semble bon pour toi.

Rédacteur web, un métier d’avenir

Pour finir sur une touche sucrée, je dois souligner que les rédacteurs web ont encore de beaux jours devant eux. La rédaction de contenu occupe une place essentielle au sein d’une stratégie marketing viable et prospère. C’est simple : aucune entreprise présente sur le web ne peut s’en passer. Le contenu textuel c’est plus que de véhiculer des informations. C’est aussi créer une identité de marque, susciter du trafic et de l’intérêt, instaurer une proximité avec les internautes, provoquer de l’engagement, fonder sa crédibilité sur un sujet… En bref, c’est la base d’une stratégie digitale puissante 🚀

Aucune entreprise censée ne laissera donc la rédaction de contenu de côté. Je t’entends : « mais la concurrence est féroce ! ». Oui c’est vrai, elle l’est. Mais seulement sur les offres d’emploi publiées sur LinkedIn, Indeed ou encore sur les différentes plateformes de rédaction. Avant de viser si grand, renseigne-toi autour de toi. Tout le monde a besoin d’une stratégie de contenu sur le web, mais tout le monde n’y pense pas. Il y a une quantité incroyable de petites entreprises qui n’attendent que d’être convaincues de ton utilité en tant que rédacteur web. Certes, la démarche est longue mais elle porte généralement mieux ses fruits. Je ne vais pas m’étendre, la prospection étant un sujet à part entière.

Mon quatrième et dernier conseil : ne compte que sur toi-même pour te vendre et te rendre indispensable.

Bilan en demi-teinte : si 2020 ne semble pas être l’année idéale pour se lancer dans une activité de rédacteur web en freelance, c’est aussi paradoxalement une belle opportunité. Certes, le statut est assez instable, mais les entreprises ont plus que jamais besoin de tes services. Finalement, être rédacteur en 2020, c’est un peu endosser le rôle du super-héros, sacrifiant sa personne pour le bien-être général 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s